Request A Demo

Marketing Comportemental, faisons la chasse aux idées reçues !

Non classé

Notre Spécialiste Content Marketing, Nash Pervin, nous aide à faire le point sur les préjugés qui entourent le Marketing Comportemental. C’est parti !


Le Marketing Comportemental. Vous n’en avez jamais entendu parler ? Pas grave, on va tout vous expliquer ! Vous en faites déjà ? Dans ce cas, on parie que vous êtes loin d’avoir tout vu !
Pour commencer, le Marketing Comportemental, ce n’est pas juste le nouveau buzzword pour parler joliment de remarketing, de pop-ins et d’abandon de panier. Ce n’est même pas une question d’emails ou de conversions. Et c’est bien dommage que certains le croient. Parce que le Marketing Comportemental, c’est tout ça, mais c’est surtout bien plus.

Si vous m’autorisez une métaphore, le Marketing Comportemental est au Marketing, ce que la F1 est à l’automobile. Plus qu’un simple véhicule reliant un point A à un point B, c’est un équilibre parfait entre technologie, performance et design. Le tout formant un ensemble cohérent, fonctionnel et redoutablement efficace.

Vous pensez que je m’enflamme ? Rassurez-vous, ça ne fait que commencer. Il est donc grand temps de mettre les mains dans le cambouis, et d’aller explorer ensemble les rouages du Marketing Comportemental ! #métaphore


Idée Reçue #1 : Le Marketing Comportemental, c’est un peu flippant (voire carrément envahissant)

Quand on entend le terme “Marketing Comportemental”, nombreux sont ceux qui lèvent les mains au ciel et s’enfuient en courant. En d’autres termes : ils paniquent.C’est qu’ils ont en tête ce bon vieux stéréotype un peu angoissant :
“Attendez, on parle bien du robot qui s’infiltre dans tes fichiers, pollue ton écran avec ses pop-ups et envahit ta vie privée ? Merci mais non merci !”

Perdu ! Oui : Le Marketing Comportemental repose sur l’analyse des besoins de vos consommateurs. Non : Il n’est pas question d’envahir leur vie privée pour autant.
Le “truc” qui apparaît sur l’écran est ce qu’on appelle un Remarketing On-Site (aussi appelé ‘Overlay’) et il est simplement programmé pour envoyer le message le plus propice à réengager vos visiteurs en fonction de leur comportement.

Vous voyez ? Ça fait pas mal en fait.

Le focus numéro 1 du Marketing Comportemental, c’est le consommateur. Ce qu’il cherche, ce qui compte pour lui et comment, vous, en tant qu’annonceur, vous pouvez vous y adapter. Et en tant que Directeur Marketing si on a bien peur d’une chose, c’est que son dispositif Marketing (« Comportemental » ou non) ne plaise pas à ses clients.

Ok. Pause ! Je crois qu’il est temps de jeter un œil à nos fiches.

73% des consommateurs disent préférer lorsqu’une marque personnalise l’expérience d’achat en fonction de leur profil. Ajoutons à cela les 86% de consommateurs qui déclarent “Lorsqu’une marque personnalise ses messages et tient compte de mes préférences, cela joue un rôle crucial dans ma décision d’achat”.

On dirait que les gens sont plutôt open.

Donc, la prochaine fois que vous avez peur d’être envahissant, rappelez-vous : ça ne l’est que si vous voulez que ça le soit.


Idée Reçue #2 : Le Marketing Comportemental, c’est complètement à sens-unique

Soyons clair : personne n’aime être constamment sollicité et bombardé de messages. Ni vous, ni moi, ni votre voisin. Ça tombe bien, le but c’est de construire une relation avec vos clients.

TheColorRun

Et, bonne nouvelle : le Marketing Comportemental, c’est tout sauf votre pote relou qui ne parle que de lui à table. Tisser une relation avec un client, ça implique d’établir une conversation. Et ça sera toujours à double sens.
Une stratégie marketing n’est efficace que si la conversation avec vos consommateurs contribue à enrichir leur expérience d’achat. Et c’est pour ça que le Marketing Comportemental insiste sur ce qu’on appelle « la dimension humaine ». Oui, vous avez bien lu. Et non, ce n’est pas une énorme banalité. Vos clients ne réagiront bien à vos messages que s’ils sentent qu’ils traitent avec des humains, pas des robots.

Alors, que pouvez-vous faire pour vous présenter comme plus… ‘ouvert à la discussion’ ?
Facile : mettre en place un outil de chat où vos visiteurs peuvent avoir de vraies conversation avec les membres de votre équipe, leur proposer des questionnaires de satisfaction aux étapes clés du processus d’achat, etc… les possibilités sont infinies !

Et vous savez quoi ? 86% de vos consommateurs sont prêts à payer plus cher s’ils bénéficient d’une meilleure expérience d’achat. En gros, vous pouvez gagner plus d’argent avec les mêmes produits, juste parce que vous leur aurez réservé un meilleur traitement.

En même temps, c’est logique. En boutique comme sur un site e-commerce, lorsqu’on achète, on a tous envie d’être bien considéré. Alors, souvenez-vous : le Marketing Comportemental, c’est clairement à double sens.

Idée Reçue #3 : Le Marketing Comportemental, ça limite les conversions

Ok, vous avez attiré leur attention, leur avez proposé le bon produit, ils l’ont acheté, et hop : Tchao, byebye !

Mhhh… oui mais non.

Une des clés du Marketing Comportemental, c’est de comprendre que le parcours client ne s’arrête pas au moment de sortir la carte bleue. C’est un cycle dont chacune des boucles est le départ d’un nouveau cheminement, de nouvelles questions et de nouvelles manières d’accompagner votre client.[/one_half]

Cardpool

Après une conversion vient le temps de changer de perspective et de penser à la fidélisation client. Il existe mille et une manières d’entretenir la flamme : proposer des recommandations sur-mesure, envoyer des conseils personnalisés ou inciter à renouveler l’achat. Pour info, une augmentation du taux de rétention (fidélisation) de l’ordre de 5% permet d’augmenter les ventes entre 25 et 95%.

Ça vaut le coup d’essayer non ?

En bref, ne vous y méprenez pas : le Marketing Comportemental n’est ni de l’espionnage, ni du spam, ni un frein à l’achat. C’est même tout le contraire !


Attendez, c’est pas fini !

Vous pensez à d’autres préjugés sur le Marketing Comportemental ? Abonnez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer les prochains épisodes de cette série.
Nous continuerons ensemble à démonter, une par une, les idées reçues sur le Marketing Comportemental !


Caroline Drain

Responsable Marketing Europe du Sud dans les bureaux Parisiens de SaleCycle, Caroline a toujours été passionnée de Marketing et Communication... "avant même de savoir que c'est un métier" ! Et si elle n'est pas derrière son ordinateur ? C'est qu'elle peaufine sa recette de brownies pour le prochain goûter d'équipe !